Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 20:41

Et mes parents? Oh j'en ai déjà déjà parlé mais mes lecteurs les plus récents ont dû louper le coche. Alors eux, tout comme Frère et Coloc, sont intelligents, éduqués, honnêtes, ouverts (je suis leur fille hein, y a pas de mystère). Mais. Chaque médaille a son revers et quel revers.

En fait c'est par ricochet qu'il sera question d'eux aujourd'hui. De ma mère plus précisément.

 

J'ai entendu l'autre jour à la radio un animateur demander à son invité "quelle est votre plus grande honte?". Et du coup je me suis posé la question.

Ladite honte n'est pas due à quelque chose que j'ai fait, mais à quelque chose que j'ai subi. Plutôt une humiliation donc.

Comme toute ado lambda sans aucune imagination, vers mes 12 ans j'ai trouvé qu'il serait bien de commencer un journal intime. Je me suis acheté un gros cahier d'écolier tout bête, un stylo plume et religieusement, jour après jour, j'ai couché mes "aventures", états d'âmes, joies et peines sur le papier. Rien de bouleversant mais c'était mon petit jardin secret. Des trucs aussi culculs que mon coup de foudre pour John Travolta après avoir vu "Saturday Night Fever" ou mon farouche désir d'acquérir un T-shirt "Fruit Of The Loom", et d'autres plus sérieux, comme plus tard mon premier vrai coup de coeur pour un garçon, en classe de quatrième. Il était beau Jean-Philippe, il avait les yeux verts et ô félicité je lui plaisais aussi! On avait rendez-vous à la fête de l'école sur le terrain de basket et je savais que ce serait très probablement mon premier baiser. J'avais les fameux papillons dans le ventre, j'anticipais, j'étais amoureuse, quoi!

Mais la veille de la fête, tout juste rentrée du collège j'ai rejoint ma mère dans le jardin où elle fumait en cachette. Mon père le lui interdisait sous peine de sévères représailles mais comme j'étais "une tombe" elle ne se gênait pas pour le faire devant moi. Encore un truc un peu lourd à porter à 12 ans. Là, tout en crapotant tranquillement, elle a commencé à me réciter mon journal intime. Au début j'ai cru que j'avais mal compris, mais non. Elle parlait de Jean-Philippe, de mes émotions, mes "rêves" et je me suis sentie violée. Je n'ai rien dit. Impossible de sortir un mot. J'étais toute rouge, je le sentais, et j'ai cru que j'allais mourir de honte. De honte pour moi et de honte pour elle. Ma mère, qui non seulement avait fouillé dans mes affaires pour trouver mon journal, l'avait lu mais me le disait comme ça, tout tranquillement, la clope au bec. Je l'ai haïe pour cette trahison et pour aussi manifestement se foutre de ma gueule.

 

SP A1471

 La discrétion de ma mère (allégorie): y a bien une grille, mais c'est ouvert tout autour.

 

Le soir même j'ai brûlé mon journal et le lendemain je suis passée pour une allumeuse en repoussant Jean-Philippe. L'idée qu'elle savait m'avait complètement dégrisée. La crainte aussi que si mon père venait à apprendre mes projets il était capable de débarquer pour nous dérouiller, moi et le mec. Sa jalousie maladive, perverse et malsaine s'appliquait aussi à moi voyez-vous, style "vous êtes toutes des salopes, vous ne pensez qu'à ça" etc. Je n'ai eu officiellement le droit (très relatif) de sortir qu'à partir de mes 18 ans. Quant aux mecs, ç'a été TRES compliqué...

Des années plus tard je lui ai reparlé de tout ça et elle m'a prise de haut, l'air de penser que je faisais un pin parasol avec un Pipasol.

C'est pour cette raison que je me suis juré de ne jamais faire une chose pareille avec mes filles. Le pire c'est que si je disais à ma mère que j'ai fouillé les affaires d'une de ses petites-filles elle en serait outrée.

Alors là je m'en veux un peu parce qu'hier j'ai lu une conversation entre Fille Cadette et sa meilleure amie. MAIS. Fille Cadette a été autorisée à ouvrir un compte Facebook, étant donné que tous ses copains de classe en ont un. Je ne suis pas certaine que ce soit une idée géniale et en tout état de cause tout se déroule sous notre étroite surveillance. Non seulement nous sommes "amis" mais c'est nous qui avons défini son mot de passe et elle doit nous demander pour se connecter. Je jette un coup d'oeil très souvent pour être sûre que tout est sous contrôle enfin autant que possible. Hier soir elle avait oublié d'effacer l'historique de sa discussion instantanée avec sa copine Pauline et je me suis permis de lire. Bon, il n'y avait strictement rien de bizarre ni de trop privé mais j'ai eu l'impression de la trahir un peu quand même. Enfin, je n'ai pas fouillé, je n'ai pas cherché. Ca je ne le ferais pas. J'ai juste regardé et, le plus important, je ne le lui ai pas dit.

Qu'est-ce qui a pu pousser ma mère à me dire qu'elle avait lu mes petits secrets? Quoi, à part...du vice, de la méchanceté pure et simple ou pire encore, un mépris total de mes sentiments?

Près de 30 ans plus tard je lui en veux encore.

Oui, je sais, la résilience n'est pas mon amie. Mais ce jour là elle a vraiment dépassé les bornes.

 

Et vous, votre plus grande honte?

Partager cet article

Repost 0
Published by Nanou
commenter cet article

commentaires

Nanou 01/05/2011 17:45



Et Madonna, dans "Recherche Susan..." à Grand Central!



nine 01/05/2011 11:46



@ tagada : you made my day, merci ! il y a du clara sheller en toi



Nanou 01/05/2011 02:23



Mais Prosper, vous avez les coordonnées de la dame de Toute Une Histoire ci-dessus. Faites-lui donc une proposition de sujet!



Prosper Dugommier 30/04/2011 19:05



C'est trop injuste, il n'y a JAMAIS d'émissions à la télé sur les scrotums fripés et leurs malaxeurs ardents. Etes-vous prêtes et prêts à signer une pétition pour que change ce déplorable état de
fait ?



Nanou 30/04/2011 03:06



MDR!!!



Articles Récents

Liens