Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

20 mai 2013 1 20 /05 /mai /2013 19:31

Les commentaires sur mon billet précédent sont bien sûr toujours ouverts (je ne sais pas clôturer les commentaires de toutes façons, alors…) donc n’hésitez pas à laisser votre avis, si vous en avez un sur le sujet.

 

Aujourd’hui mes droughies, une petite book review. Odile, ceci n’est absolument pas un post-parabolico-métaphorique destiné à te faire comprendre je ne sais quelle connerie sur les bienfaits (ou non) de la lecture en V.O. Il se trouve juste que j’ai lu pas mal de livres en anglais récemment, (une bonne partie du même auteur d’ailleurs. CQFD).

 

SAM_4371--640x480-.jpg

 

Il y a quelques années j’avais, un peu par hasard, lu « A Year In Ze Merde » de Stephen Clarke. L’histoire de Paul West, un Anglais fraîchement débarqué en France et qui doit composer avec toutes les nouveautés « exotiques », positives et négatives, de son pays d’adoption. J’avais bien rigolé. L’auteur vit lui-même en France depuis longtemps et il est bien placé pour pointer les petites différences qui parfois créent de grands gouffres culturels entre les Angliches et nous. Pas de la grande littérature, certes, mais un bon moment de détente.

En début d’année, sur la lancée de « 11-22-63 » de Stephen King (j’y reviendrai) je voulais lire un autre livre dans le texte. Et à l’Espace Cul il y avait « A Brief History Of The Future », du même Stephen Clarke. Là, on quitte Paul West et sa vie mouvementée en France pour plonger dans une histoire fantastico-rigolote, où il est question de téléportation et d’espionnage. Je savais qu’il existait toute une série de « Merde », je les ai donc commandés sur Amazon pour finalement lire toute la série. Après « A Year… » suivent quatre volumes relatant la suite des aventures du héros en France, avec de petites incursions back in the U-K et aux US. Toujours pas prise de tête et marrant. Le dernier, « Talk To The Snail », est une sorte de guide humoristique à l’usage des britanniques, décryptant les arcanes compliquées de l’administration française et regorgeant de tips pour commander au restau, prendre un rendez-vous chez le doc ou draguer, entre autres. Sympa d’avoir le point de vue d’un étranger (même si, pour des raisons comiques, il exagère souvent) sur notre home sweet home. « A Year In Ze Merde » a été traduit, pour les autres, je ne sais pas.

Le King, maintenant. Le livre est sorti fin 2010 aux US, je crois, et j’en avais marre d’attendre qu’il débarque en France et en français. Donc, Twingo, je l’ai commandé au PèreNo. C’est un pavé, ce « 11-22-63 », pas loin de 1000 pages si je me trompe pas, mais c’est passé comme un bonbon au miel. Les critiques sont excellentes et le livre l’est aussi. Il s’agit de l’universel thème du voyage dans le temps, sujet jamais encore traité par King, avec un but précis en point de mire : empêcher l’assassinat de JKF (la faille temporelle ramenant le héros en 1958). Mais Stephen King ne serait pas Stephen King s’il n’en profitait pas pour brosser au passage une peinture en détails et néanmoins toute en finesse de l’Amérique de ces années là, avec en prime une jolie histoire d’amour. Sa description des relations entre les nombreux personnages est d’une richesse familière et délicieuse. Les habitués de King retrouveront même au passage brièvement certains héros de « Ca », et les nouveaux venus se délecteront à la fois des rebondissements et de l’ambiance générale du livre. L’écriture est juste, « techniquement » sans défaut ni tics agaçants (c’est pas du Musso quoi), et ce King là n’est pas dans la veine trop fantastico-gore (pas de sang, pas d’horreur) qui m’a parfois donné un peu de mal avec lui. Vous l’aurez compris, je recommande chaudement « 11-22-63 » (ou « 22-11-63 » en français).

Encore un King qui m’avais jusque là échappé, « Simetierre ». J’ai vu le film avant de le lire, et non seulement je n’avais pas aimé mais je m’étais endormie avant la fin. Pourtant j’ai lu récemment dans un hebdo télé de très bonnes critiques. Au temps pour mon jugement de spectatrice ! Surtout que c’est King lui-même qui a écrit l’adaptation. Bref, j’ai préféré le livre, et de loin. Le récit est bien plus étoffé et surtout prend son temps pour s’installer dans la tête du lecteur et le harponner. La famille Creed débarque de Chicago pour s’installer dans le Maine (où se déroulent tous les romans de Stephen King), à proximité d’un cimetière pour animaux, lui-même jouxtant un ancien cimetière indien aux pouvoirs surnaturels. Les Creed vont assez vite connaître des évènements tragiques et le cimetière aura bien sûr son rôle (maléfique) à jouer. Un bon suspense fantastique que les fans de King apprécieront à coup sûr.

 Ne figure pas sur la photo (je l’ai prêté à mon pôpa), un Douglas Kennedy récent, « Cet Instant Là », que j’ai beaucoup aimé. Une histoire d’amour-passion est/ouest dans le Berlin du début des années 80, avec le Mur comme cicatrice balafrant la ville et toutes les implications politico-éthiques induites. Sur le papier (haha !) vraiment pas le genre de sujet qui m’inspire, mais le récit est construit comme un thriller, les rebondissements sont nombreux, les personnages et le contexte historique bien décrits. On se laisse emporter sans plus réfléchir.

Voilà mes chéris.

 

A moi maintenant d’écouter vos conseils !

Partager cet article

Repost 0
Published by Nanou
commenter cet article

commentaires

Nanou 28/05/2013 16:26


J'ai jamais pu finir "Le Bûcher Des Vanités" et pourtant j'ai essayé plusieurs fois. Et le film était moyen. Mais il y avait Tom Hanks, alors... J'ai entendu
de bonnes critiques du Irving au "Cercle" sur Canal. Mais j'attends la tienne, et il FAUT vraiment que je m'y mette (à Irving). Là ça y est je crois que j'ai TOUS les King (sauf la saga La Tour
Sombre qui ne me tente pas): j'ai reçu "La Tempête Du Siècle", "Coeurs Perdus En Atlantide" et "Ecriture". Du King à lire en perspective, chouette!

Odile 28/05/2013 10:06


Bon on est d'accord, comme d'hab, et en plus maintenant on va pouvoir se marier.


 


Je suis en train de lire un Tom Wolfe, je ne connaissais pas. J'accroche pas mal, c'est "I am Charlotte Simmons' mais je le lis en français.. A la médiathèque y a pas grand chose en anglais.
Bientôt une critique, sans doute, avec le dernier Irving !

Nanou 24/05/2013 01:27


Oh mais moi je suis une folle, une passionnée, une excessive, tu sais! Je lis un mot dans le dico et paf! Je dois me taper tout le dico. C'est dur,
parfois.

La vie en presque rose 23/05/2013 20:02


J'avais lu "A Year in the merde" à l'époque, et il m'avait bien amusée. Pas au point de lire toute la collec quand même...

Nanou 23/05/2013 01:02


Ohlala Armelle, tu me prêtes beaucoup plus de talents (et de courage) que je n'en ai en parlant de "rubrique" ici! Tu l'auras constaté, ce blog est un
foutoir total. J'y écris quand je le sens, qu'un sujet m'inspire ou que j'ai un truc à raconter. Et puis comme je l'ai dit en début de post je suis incapable de créer des catégories,
donc c'est le bordel. Mais c'est mon bordel basique que j'aime bien. J'ai lu "A Year In Provence" de Peter Mayle, j'ai bien aimé mais c'est plus un récit qu'un roman. Clarke fait dans le
roman + ou - déjanté. C'est deux styles différents. Comme toi "Sac D'Os" est le King que j'ai le moins aimé, mais "Simetierre" est quand même moins gore et perché. Merci de tonn
avis sur AJ, effectivement l'aspect financier me paraît être...le nerf de la guerre. Allez, on espère le soleil! Bises.

Articles Récents

Liens