Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

8 novembre 2013 5 08 /11 /novembre /2013 20:58

Blimey les droughies. Jones is back.


 bridget-jones-mad-about-the-boy-book-jacket.jpg

 

J’avais aimé  "Bridget Jones’ Diary". A l’époque (1999), c’était nouveau et rafraîchissant. Un peu le début de la chick-lit. Le ton libre et impertinent, les beuveries de nanas célibataires, les grossièretés, les gaffes,  la fille qui finira « bouffée par ses Dalmatiens » c’était drôle.

Puis j’avais enquillé « The Edge of Reason » («  l’Age de Raison »_ pour une raison inconnue j’ai lu tous les BJ en anglais) surtout parce que j’identifiais désormais Mark Darcy à Colin Firth ou inversement et que j’aime beaucoup Colin Firth.


CF.jpeg

I heart you Colin/Mark <3

 

Alors résumons-nous : dans sa trentaine (thirty-something) solitaire, désespérée et avouons-le un peu pathétique, Bridget a shaggé  moult fois Daniel Cleaver,  son baiseur-en-série de patron, tout en essayant d’éviter Mark Darcy, que leurs mères respectives tentaient de lui refiler à toute force. Daniel est dangereusement sexy (Hugh Grant, mouais), il picole sévère et sort sa quéquette à tout bout de champ.

.

HG--1-.jpeg

I'm so sexy with my 142 so white teeth!

 

Mark est avocat international,  sérieux comme un pape, un peu terne (but quand même fuck, c’est Colin !) et amoureux coincé de Bridget depuis des lustres. Pourquoi, comment ? Mystère. Mais c’est ainsi.

Bien sûr, Mark se révèlera beaucoup plus fun qu’on ne le pensait, Bridget se lassera des crasses de ce salaud superficiel de Cleaver pour revenir à la raison et réaliser, enfin,  que c’est Mark qu’il lui faut.

Début d’une improbable grande et belle histoire d’amour.


Bridget---Mark.jpeg

-"Haha Mark, I've just farted!"

- "Shut up Bridget you're making a fool of yourself. Again".


C’est donc là qu’on avait laissé nos héros.

 Avec « Mad About The Boy » j’espérais tout savoir sur la vie commune (agitée et pleine de quiproquos, hopefully) de Bridget et Mark.

 

Que nenni ! Attention spoilers.

 

Bridget a maintenant 51 ans. Deux jeunes enfants. Et elle est veuve.

Mark est mort (MORT putain !!!) dans un attentat politique au Soudan quatre ans auparavant.

Elle a du mal à reprendre le dessus et déconne à plein tubes (c’est du moins son avis) avec ses gosses mais secondée par une nounou à plein temps, son pseudo boulot de scénariste (car Mark, en homme merveilleux qu’il était, ayant sans doute prévu qu’il fermerait le parapluie prématurément, l’a mise à l’abri de tout souci d’ordre financier) et sa bande de potes. Les mêmes en plus vieux mais plastered à la moindre occasion.  Elle bouffe et boit toujours de façon compulsive. Lesdits potes estimant qu’il est temps pour elle de se remettre sur le marché du sexe, la voilà qui commence à twitter comme une petite folle car de nos jours, c’est comme ça qu’on drague, paraît-il. Et elle rencontre des mecs, tous beaucoup plus jeunes qu’elle. Des toy-boys. Bridget se transforme en cougar. Quoi.

Au terme de quelques péripéties elle finira évidemment avec un type de son âge, aussi improbable pour elle que l’était Mark, et que le lecteur avait flairé dès sa 1ère apparition dans le bouquin. Seule la Bridge ne le sentait pas, le gars.

Non seulement l’ « histoire » est plate et décevante, mais la forme est pénible. Dans le premier tome, le mode journal était original. Aujourd’hui c’est relou. On a encore droit au compte quotidien des calories et unités d’alcool ingurgitées, au poids de la Jones et au nombre de Tweets ou de Textos reçus ou pas. Ca plus le style télégraphique trop présent, c’est chiant et même pas drôle. Et puis je suis personnellement très gamine, mais à 51 ans, continue-t-on vraiment à trouver hilarante la moindre allusion aux pets et au vomi ? Parce que Bridget, elle, ça la fait carrément gondoler. Elle a des renvois accompagnés, elle pète à cul rabattu et ça la fait marrer la conne.

Comment Mark a-t-il pu supporter cette sotte, cela reste un mystère pour moi.

Et Daniel ? Il est toujours là lui (merde alors !) pervers mais inoffensif avec Bridget et devenu le parrain et baby-sitter occasionnel des enfants (wtf ?) Bon, il finira en rehab. Ce qui est un minimum.

Vous l’aurez compris, on aurait aisément pu se passer de cette sequel. Et en plus, si un film en est tiré, il n'y aura pas colin Firth. Ouin.

 

 

A bientôt pour d’autres book reviews mes chéris !

Partager cet article

Repost 0
Published by Nanou
commenter cet article

commentaires

Nanou 21/11/2013 01:26


Elle fait tièp, comme disent les djeuns (:-D Mais Colin, COLIN, ouiiii!

steph 20/11/2013 20:09


J,avais pas lu mais vu le 2eme film et effectivement, je l,avais trouvé bien trop conne et pathétique pour s'identifier a quoi que ce soit d'elle...


Dommage. Coliiiiiin reviiiiiiiens

Nanou 15/11/2013 16:45


Oh ça va Ninon! Sois un peu partageuse, quoi, depuis les antipodes! Il est loiiiiiiiiin de toi Colin (:-D

nine 15/11/2013 03:02


Colin est a moi

Nanou 12/11/2013 01:16


O comme vous avez raison, Prosper!

Articles Récents

Liens